Rechercher
  • Maurice Coton

L'envol du poème

Voici un poème que j'ai écrit hier, dans le train qui m'a ramené de Genève où j'avais passé l'après-midi avec un vieil ami que je n'avais plus revu depuis longtemps, comme s'il s'était envolé de mon esprit ! Le poème est né d'une rêverie singulière, sorte d'état second quand l'esprit vagabonde sans but précis. Il fait partie de ces textes qui s'écrivent presque tout seuls, sans me demander mon avis, sauf à un endroit. En effet, après la relecture, j'ai longuement hésité sur le dernier mot du quatrième vers, avant d'opter pour "papier", celui que j'avais écrit en premier, au lieu d'"avion", qui me paraissait plus insolite. Je ne sais trop dire ce qui a dicté mon choix, pas en tout cas l'incohérence, puisque dans ma tête il s'agissait bien d'un avion en papier. Peut-être était-ce pour mieux accentuer l'incohérence finale du poème, celle qui lui donne un sens malgré tout et qui suggère comment la poésie peut sauver la vie.


L'ENVOL DU POEME


Sur une tour de contrôle

Un agent de propreté

En gilet fluorescent

Pour rattraper un papier

Tombe en torche à la renverse

Par-dessus le parapet

Virevolte et se redresse

Pour se poser en douceur

Sur le tapis du poème

0 vue

© 2018  Sandre Wambeke