Rechercher
  • Maurice Coton

Au jardin des Hespérides

Par un détour dans l'antiquité grecque, un esprit curieux et chanceux pourrait s'arrêter au jardin des Hespérides, qui étaient les trois filles d'Atlas, condamné par Zeus à porter le monde sur ses épaules. Il découvrirait les pommes d'or de leur fabuleux jardin, protégé par un dragon à cent têtes. Hercule le terrassa dans ses travaux, emportant avec lui le précieux butin. Un pareil mythe parle la langue de la poésie. Les trois poèmes suivants abordent à leur façon ce thème du jardin. Pour un œil averti, ils colportent un message, sous la forme d'un triptyque. Composés récemment, ils traversent le présent à la marge. D'aucuns pourraient même les considérer comme des pièces engagées ou de circonstance. Cette écriture ne relève pourtant pas de mon jardin secret. Loin de moi toute expression de propagande. Puisqu'un message semble ici exister, alors je me risque à penser qu'il arrive sur le papier en liberté, comme dégagé de sa déconcertante incompatibilité avec le jeu poétique, tel un Hercule de la situation. Quant à l'illustration par le célèbre triptyque du "Jardin des délices" de Jérôme Bosch, c'est par un pur réflexe d'analogie, ou d'esprit spirale.


DEUX DIABLES


Sorti en grâce trop tôt

Des urgences d’hôpitaux

Méphisto sur un tréteau

Met un couplet dans l’étau

Comme à la plaie un couteau

Contre les produits phyto

Que s’il avait un marteau

Il clouerait sur un poteau

Ce diable de Monsanto



INÉVITABLE ADAM


Inévitable Adam

In Eve vite table à dents

Dévore donne qu’à manger

D’Eve ordonne qu’amant j’ai

La sève de jarre dîner

Lasse Eve de jardiner

A danser pour rêvasser

Adam c’est pour Eve assez

Sème Adam et va tomber



AU JARDIN DES HESPÉRIDES


L’espoir hostile

A ce péril

Qui laisse pâle

Le pire rôle

Aux Hespérides

S’enroule et râle

Enlacé par

L’irrespirable

Esprit spirale



76 vues

© 2018  Sandre Wambeke