Rechercher
  • Maurice Coton

Bon port

Hors de moi l'esprit d'à-propos. Combien de fois, contre toute attente, n'importe où, je me suis retrouvé amené à parler de moi pour la seule et simple raison que je n'avais pas su formuler des mots tirés de mon esprit. De là, j'ai souvent renoncé à poursuivre mes idées par la voix portées. Malgré mes tentatives pour qu'il en aille autrement au contact d'êtres chers et choisis, le recours à la plume alors a presque toujours prévalu sur tout autre mode d'expression. Il en est né une langue vivante en moi comme un dialecte unique, intraduisible en mots clairs et pourtant reconnaissable, éperdument en quête d'un sens incertain. Bon port, le poème présent, narre ce récit de l'autre côté du décor du langage. Quel étrange manège où la plume me mène quoi qu'il advienne à bon port, entre la vie et la mort !

BON PORT


Depuis que j’ai quitté le port

Vous allez croire que je dors

Ou que je suis parti dehors

Voiles au vent vivre ma mort

Certaines racontent à tort

Que je fais toujours des accords

Pour jeter l’ancre vers le nord

Et que c’était moi le plus fort

D’autres diront avec remords

Mes paroles valaient de l’or

Et je ne sais plus quoi encor

Qui faisait de moi un ténor

Seul sans mon esprit ni mon corps

Je suis passé par-dessus bord

De l’autre côté du décor

Où je ne bouge ni ne mords




184 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout