Rechercher
  • Maurice Coton

Contre la rage

Quelle impertinence prend le poète quand il se fait thérapeute ! Nul besoin de caducée, son diplôme il le repasse chaque jour, à l'écart du monde, dans un réveil soudain de lucidité éclair. Quelques mots lui suffisent pour inventer un nouveau vaccin, remède miracle dont la molécule de base a la forme et la fonction du point d'interrogation. La naïveté même, à l'image de ce poème pastoral.

CONTRE LA RAGE


Pourquoi des chiens

Et pas des hommes

Contre la rage

On nous vaccine

Dit le poète

A son grand frère

L’astre solaire

Qui le réveille

En pleine nuit

68 vues

© 2018  Sandre Wambeke