© 2018  Sandre Wambeke

Rechercher
  • Maurice Coton

Entre chien et loup

Quand un poème relate un fait de société, qui osera dire encore que les poètes vivent dans leur bulle de cristal ou leur tour d'ivoire ? Cette idée reçue tient peut-être à la façon dont les poètes racontent les histoires, même les plus banales ou les plus tristes, avec leurs mots comme tombés du ciel, pour mieux poétiser le monde en vers et contre tout. Je ne me souviens plus si le poème Entre chien et loup, écrit en 2001, relate un événement tragique qui a existé. Il me semble qu'il parle d'une époque déjà ancienne, mais qui existe encore et se prolonge dans une pénombre "entre chien et loup". Cette époque murmure aux poètes immatures : - à votre tour d'y voir, tandis qu'ils attendent que le rideau tombe.

ENTRE CHIEN ET LOUP


Heureux comme tout être sur terre

Avec deux copains sur un scooter

Un jeune garçon d’une cité

A rejoint hier l’immensité

Sans aucun rivage de la mort

Ainsi sera planté le décor

En baskets Nike et tee-shirts Lacoste

Avant qu’un car de police accoste

Le deux-roues volé par effraction

Le prenne en chasse sans sommation

Et provoque le drame qu’on sait

C’est sûr qu’ils ont voulu son décès

Les flics on les connaît ces enflures

Ils camouflent toujours leurs bavures

Des injures et tout le toutim

Ont dit les proches de la victime

Un soir où Montigny-lès-Cormeilles

Transplantant un acte de Corneille

Dans cette commune du Val d’Oise

Ancien fief des François et Françoises

Connut sa première nuit d’émeute

Avec des ombres cagoulées par meutes

Qui aux voitures mirent le feu

Firent peur à tous et pas qu’un peu

Même à mon collègue pot de colle

Dont la femme est gardienne d’école

Mère d’une famille nombreuse

Et pas le moins du monde scabreuse

Nous avons eu chaud me confie-t-il

Tes beaux héros n’ont aucune étoffe

Imagine un cocktail Molotov

Qu’ils ont lancé sur notre balcon

Pardon pour ta raison il faut qu’on

Trouve un remède contre ce mal

Et moi qui n’entre pas dans le bal

Je ne jette à personne la pierre

La loi s’étend comme une civière

Sur toutes les cultures Mac Do

En jachère dans mon cœur d’ado

68 vues1 commentaire