Rechercher
  • Maurice Coton

Hiver paradoxal


Quelle soudaine idée m'a piqué de rapprocher l'hiver du "sommeil paradoxal" qui provoque chez la personne endormie, dit-on, une forte consommation d'énergie propice au rêve et essentielle à l'activité mentale ! A sa manière, l'hiver invite la nature à s'endormir et à rentrer dans sa boîte afin de mieux préparer l'éclosion printanière, synonyme d'espoirs et de victoires enlevées. Avez-vous remarqué le V de l'hiver comme en équilibre entre les autres lettres ? Eh bien dans le poème que je viens de composer avec le sentiment de reconquête prochaine, le V tient la même position centrale pour tous les noms, les adjectifs et les verbes. Un tel heureux hasard dirigera naturellement cet "Hiver paradoxal" dans les Poèmes des Mieux.

HIVER PARADOXAL


Ta cravate de travers

Aucune envie de travail

Car l’hiver a tout couvert

Avec son divin pouvoir

De savon pour te laver

Des rêves que tu suivais

Comme il dévie leur envol

Vers les vives caravanes

D’arrivages de janvier

0 vue

© 2018  Sandre Wambeke