Rechercher
  • Maurice Coton

Le phare

Il y a des sens qui échappent à partir du moment où on veut les saisir. Ils font penser à la lumière d'un phare qui tourne dès qu'elle s'allume. Ces sens possèdent probablement des dons innés d'interprétation, mais qui ne seront dévoilés que plus tard. Sans doute que la poésie joue de cette insaisissable lumière ou musique, selon que l'on touche au sens de la vue ou de l'écoute. Le poème Le phare donne le sentiment de vouloir parler de l'existence que chacun mène jusqu'à une certaine distance. Est-ce la levée de la tempête qui empêche de voir où mène ce sens ? Ou les troubles reflets du phare dans la mer ? Ne cherchons pas trop, du moins pas aujourd'hui. La présence des bons samaritains aux jeunes pensées semble émettre ce sage conseil.


LE PHARE


Au terme de nos jours

nous n’allons pas plus loin que le phare

qui se dresse quand nous l’abordons

depuis le flanc de la côte.

Au même moment notre nef s’élance

au-devant d’une si forte houle

que nous pensons à rebrousser chemin.

Que la bataille livrée soit perdue ou gagnée

nous sentons la tempête

en découdre avec les éléments

dont nous avons pu obtenir les faveurs.

Des êtres en costume de sauvetage

nous lancent des appels à la raison.

Mais la détresse est sage

pour gravir les rouleaux

qui mettent l’embarcation autour du phare.

Au terme de nos jours

de l’autre côté de la berge

les bons samaritains étrennent

de tous les attirails de leurs jeunes pensées

les plafonds que nous laissons

à hauteur de nos fraîches illusions.




187 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout