Rechercher
  • Maurice Coton

Oiseau de buvette

Le poème "Oiseau de buvette" commence à dater. Je l'ai retrouvé sans le reconnaître, relu et retranscrit comme s'il ne m'appartenait plus. Est-il possible qu'un poème reste à son auteur ? Pas que je sache. Un roman, un essai, une pièce, un article, assurément sont réalisés pour satisfaire aux besoins du commerce, mais pas un poème, je le saurais. La propriété ne s'applique pas à la poésie, elle n'en a pas le sens. Le personnage du poème, dont la mémoire remonte au temps de ses amours, se trouve au milieu du gué de sa vie. Son enfance lui ouvre un champ d'horizons, à perte de vue, jusque dans les "oubliettes du rêve". Il se comporte comme un oiseau de buvette, coq hardi toujours prêt à faire cocorico pour ses actes gratuits. C'est sans doute sa manière, à lui, de pouvoir gagner sa vie.


OISEAU DE BUVETTE


Au temps de tes amours

quand ta mémoire

t’en sert les souvenirs

et que tu t’en délivres

en remontant son fleuve

tu penses à toi

comme à un oiseau de buvette.

Tu imagines plutôt

que tu volais

de tes propres ailes

et que tu avais été comblé

en ton enfance heureuse.

Aujourd’hui que tu polis

les verres de ces instants dorés

tu regardes à perte de vue

de ce côté-là des choses

et tu te prends à siffler

dans les oubliettes du rêve.



168 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le phare