Rechercher
  • Maurice Coton

Ovale monde

Mis à jour : 30 sept. 2019

Oh va le monde comme il peut ! L'image de la mêlée reflète souvent celle de nos passions ou aspirations à une autre aventure. Le ballon disparaît, laissant le talonneur rapide à ses œuvres d'enfouissement salubre. Les corps s'articulent, vacillent, s'écroulent. Mais l'enfant dans la tribune jubile. Le rebond de la balle ovale libérée a trompé le monde des colosses. N'est-ce pas une manière d'écrire le poème qui attendait son heure sur le banc des remplaçants ? Le poème "Ovale monde" relate la rêverie d'un poète explorateur à l'approche d'un stade, comme une allégorie envahie de colombes. Le tableau invité de Mondrian en donne un aperçu au-delà de mes espérances.


OVALE MONDE


Les deux citronniers qui s’observaient

Devant la façade rafraîchie

De la fédération de rugby

Rappelèrent à l’explorateur

Sur le lointain chemin des tropiques

Que les combats les plus difficiles

Mêlées cadrages débordements

N’avaient jamais lieu jamais jamais

Et que cette improbabilité

Aussi honteuse que d’être homo

Ou qu’un plaquage à retardement

Lui reviendrait la nuit dans un rêve

Par le son d’une voix qui appelle

Qu’il ne reconnaîtrait pas du tout

Et dont il apprendrait par la suite

Que c’était celle du capitaine

De l’équipe ennemie qui disait

Bottez tout car là-bas tout est beau


0 vue

© 2018  Sandre Wambeke