top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMaurice Coton

Saints de charbon

La nuit, la ville cède ses dernières cartouches d'enchantement au regard qui cesse de chercher à voir. Sans doute l'une et l'autre lui laissent-elles pressentir le passage prochain à l'endormissement. Les yeux machinalement se projettent sur le sol, sans sommation. Une grille ou une dalle de soupirail, une plaque d'égout, de gaz même, alertent à cette heure tardive l'attention qui rechigne à aller de l'avant. Mais que signifie cette tête d'acier, objet à la blafarde lumière, figure invisible comme insensible à tous nos piétinements ? Je ne prétends point donner la réponse en liant à cette apparition récente le poème Saints de charbon, qui soulève plutôt qu'il enterre la mémoire. Cette mémoire, profonde, me rattache à une cohorte d'ancêtres inconnus, mais que la poésie me fait connaître comme je les aime, tout imprégnés, mine de rien, de noire beauté.


SAINTS DE CHARBON


Saints de charbon aux noires mines

terre profonde de mes aïeux

là vous attrapiez aux veines et aux cous

ce qu’il y a de pire en ce bas monde

Toujours les aubes se tordaient

de vous voir sortir de vos puits

Vous tourniez le dos à la consternation

La lumière blafarde de vos fronts

éclairait l’industrie

l’industrie triomphante de son côté

et reconnaissante du vôtre

Mais votre ennui était ras et lisse

comme vos yeux et cheveux dans la bière.



273 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La parade

Ludmilia

bottom of page